Jour 57

Et nous voici dans le Centre Drukpa ! Deux ans quand-même que je ne suis pas venu... C'est toujours plus beau et spacieux à chaque fois. Il y a aussi un nouveau stupa et d'autres maisons de méditation se sont construites. Demain je vous passerai une photo. Nous sommes dans une de ces maisons et je dors dans le temple qui se trouve à l'étage. Elodie est en-dessous dans une chambre pour qu'elle puisse dormir tranquille (vu le bordel que je mets la nuit !)

Je vais surtout ne rien faire, rester à contempler la lumière et le ciel, et de temps en temps nous irons nous perdre dans la forêt du domaine. En marchant très doucement car je perds mon souffle à la moindre accélération de mouvement, ce qui engendre des quintes de toux difficiles à supporter.

A cause de l'oppression pulmonaire, j'entends tout le temps mon cœur battre la chamade et pomper tant bien que mal, sauf quand je suis parfaitement immobile. Normalement le cerveau inhibe le son du coeur sauf dans certaines conditions de détente ou de méditation, mais on dirait qu'il s'en fout ou plutôt qu'il me rappelle que la maladie met le cœur en pression et donc en souffrance.

Je n'avais pas pensé à cet effet secondaire, sinon tu penses bien que je n'aurais pas choisi ce crabe-là ! 😉

Ici, la 4G rame un peu, mais c'est jouable pour poster quelques nouvelles. Les conditions sanitaires sont strictes et c'est un peu chiant. En même temps, je suis conscient que si j'attrape maintenant un virus pulmonaire, ce sera "game over" vite fait bien fait.

Je ne vais pas trop me mêler aux moines et aux résidents eut égard à mon asociabilité et pendant les pratiques (sauf exceptions) je resterai bien sagement lové sur les ailes de la Claire-Lumière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *