Le Défi – Acte 1

ENTRAINEMENT DE L'ESPRIT

Un défi pour tous (et après ça ira mieux !)

Beaucoup de personnes se figurent qu'il leur suffit de développer un état dévotionnel et de pratiquer la méditation pour se sortir de leur névrose et accéder au grand éveil des bouddhas. C'est une vision romantique du Dharma, et bien souvent une telle attitude, quoique vertueuse, est insuffisante et peut même conduire à l'échec, voire engendrer de l'irritation pouvant aller jusqu'au désespoir alors que leur karma négatif les rattrape.

C'est pourquoi, le développement de la sagesse devrait s’accompagner d'une accumulation de mérites. Les mérites permettent de surmonter joyeusement les difficultés, et aussi de supporter leur poids lorsqu'elles sont très lourdes. Lorsque nous pouvons devenir des "bonnes personnes", la chance, l'amour, la lumière viennent à nous et repartent en direction des êtres. Pour devenir de bonnes personnes, nous avons besoin d'éduquer notre esprit, car il a été esclave de notre mental depuis des temps immémoriaux.

Selon Bouddha, l'origine du samsâra est l'ignorance (avidya) de laquelle émergent l'irritation et l'attachement, puis toutes sortes d'autres émotions dérangeantes. Toutefois, ce type d'ignorance n'est que la racine de la confusion. Ce n'est pas l'arbre, ses branches et ses fruits. Il est très important de comprendre que l'ignorance engendre l'erreur, le malentendu. A son tour, erreurs et malentendus sucitent des actes, des paroles et des pensées inappropriés constituant le fonds d'où émergent encore plus de dysharmonie, confortant ainsi l'état de confusion ordinaire qui accompagne toute l'existence au point que cette confusion semble autogène.

C'est pourquoi nous devons rénover le fonctionnement de notre esprit. Et bien entendu celui également de notre parole et de notre corps. Mais cela constituerait un tâche trop importante dans un premier temps. Étant donné que tous les maux viennent de l'esprit, autant commencer par lui.

On ne devrait pas chercher à "entraîner l'esprit" sans avoir une compréhension juste de la situation du samsâra. Sinon, on ne ferait que du "développement personnel" au risque de souffrir d'une sorte d'hypertrophie de l'ego. Nous constatons cela tous les jours, c'est un des maux majeurs de notre société.

ACTE 1 - 21 JOURS

Ce premier acte présuppose que le travail de relation à la réalité névrotique du terrain a été effectué. Sinon, retourne méditer sur la première des Nobles Vérités !

  1. Observe simplement les pensées négatives surgissant dans ton esprit quelle que soit l'occupation du moment. Il s'agit d'être attentif à chaque pensée et de détecter chaque pensée négative sans en faire plus que cela, et pendant 7 jours.
  2. Il s'agit d'un changement comportemental de l'esprit. Efface mentalement chaque pensée négative surgissant dans l'esprit au moyen d'un mantra : ÔM. En clair, à chaque pensée négative chante trois fois ce mantra mentalement avec la conviction que ce son disloque littéralement la pensée en question, puis demeure dans la conscience qui suit, telle qu'elle est, un petit moment. Si des pensées négatives se suivent, on repète le mantra à chaque pensée tout le temps que cela se produit. La durée est aussi de 7 jours. On ne s'occupe pas des pensées positives ou neutres. Ignore-les tout simplement.
  3. Ce dernier exercice se construit sur le bienfait produit par le précédent. Lorsqu'une pensée négative se présente, on a acquis le pouvoir d'en être conscient au moment même de sa production. Il s'agit donc de ne pas lui permettre de s'actualiser. Coupe immédiatement chaque pensée négative comme un guerrier trancherait des têtes. 7 jours de pratique suffisent. Et après... on verra !

Remarques

Du fait de l'action consciente, interdire les pensées négatives ne constitue pas un refoulement mais bien un entraînement à l'agilité mentale et à la restauration de pouvoir de l'esprit sur le mental. C'est une sorte d'insurrection ! Lorsque les pensées négatives sont interdites de séjour, il se peut que l'esprit soit en manque de négativité. Ne lui fournis pas sa drogue à nouveau, et surtout pas des drogues de synthèse comme le seraient des pensées positives. Au contraire, laisse ton esprit dans le désarroi, le vide, le manque. C'est un sevrage. Et cela peut être douloureux. Prie ton Guru et sache que tu n'es qu'au début d'une grande aventure, celle qui fera de toi une ou un Jina !

Note : ce programme n'est pas le traditionnel Lojong (entraînement de l'Esprit en Sept Points donné par le maître Atisha) mais une succession de pratiques visant à en "déblayer le terrain" dans un premier temps.

2 Comments

    1. Yogi Navjeet

      Recevoir la visite de quelques monstres est une chose. Mais générer et entretenir des pensées négatives en est une autre ! Beaucoup de personnes sont malheureuses simplement parce qu’elles entretiennent des pensées négatives, et finalement engendrent un destin… négatif ! C’est le pouvoir de l’esprit.

      Cette proposition parle d’entraînement du mental, d’éducation, de restauration d’une souveraineté qui semble bien souvent inimaginable pour qui vit dans la négativité et en subit les conséquences. Personne dans mon entourage n’a osé relever ce défi, et pourtant, dans l’affliction, un simple abandon, même d’une seule seconde, de sa propre auto-intoxication laisse surgir un rayon de lumière comme un nouveau printemps. Et je ne parle même pas de pensée positive !

      Mais bien entendu, toute pensée n’étant qu’un joyeux « prout » du Cosmos, il importe à chacun de réaliser l’absolue vacuité des pensées, négatives, positives ou neutres… une fois bien entraîné ! 😉

      Merci de ta présence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *