Ecole de Adi Yoga - Nantes et Ile de France
 
Jour 309

Jour 309

Le traitement à la cortisone est terminé depuis deux jours. Alors, je m'attends à replonger doucement en enfer. Pourtant, je crois que ce sera moins terrible parce que durant cette semaine où j'ai retrouvé un peu de mobilité et moins de douleurs, je me suis renforcé, physiquement et psychiquement. Franchement, les corticoïdes (au moins dans mon cas), c'est un truc de fou ! C'est magique au point de paraître presque inquiétant !

Ce qui fait ma joie, c'est que j'ai retrouvé spontanément la tenue de la posture debout, tadasana, sans effort, les jambes toniques, le bassin légèrement antéversé, le dos détendu et droit sans contrainte, le royal port de tête. Respirer, respirer... Je pensais que cette posture était perdue à jamais, mais mon corps en avait un souvenir naturel après tant d'années de pratique, et il s'est empressé de la restaurer à l'occasion de ce traitement. Tadasana, lorsqu'elle est vécue correctement (merci Serge G.) dans tous les instants, apporte tellement de joie et de paix que cela en est presque mystérieux.

Voilà donc mon yoga actuel : tadasana, savasana; debout, couché, debout, couché... Digne d'un grand yogi, n'est-ce pas ? 😉 Oui, les postures assises, je n'y arrive pas vraiment pour le moment. Bref, c'est ma sadhâna du moment et je peux affirmer que la sadhâna, c'est vingt-quatre heures par jour et pas seulement les pratiques formalisées du matin.

Et je peux dire aussi que le yoga, ce n'est pas que des postures mais bien l'immersion dans la conscience pure qu'il est censé provoquer par ses nombreux et savants outils. C'est une joie de gravir la montagne de la pleine conscience entourée des apparences illusoires du corps.

Grâce à cette joie et à cette ouverture, je ne me sens pas diminué par la maladie et les handicaps qu'elle provoque mais au contraire grandi et spacieux. Je rends grâce à la Claire-Lumière et à mes maîtres qui n'ont jamais tenu d'autres discours que celui de l'élévation de l'esprit en lieu et place de l'accumulation de compétences éphémères.

Je sais bien que ce corps n'est pas "moi", mais il est aussi le seul temple d'éveil qui me soit accordé. Alors, j'ai retrouvé confiance en lui et je l'aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.