Ecole de Adi Yoga - Nantes et Ile de France
 
Jour 211

Jour 211

De mémoire

(...) Alors, le Sage des Sakyas, la Lumière du monde prit à nouveau la parole :

"Fils et filles de bonne famille, c'est en manière d'expédient que je dis que le Tathagata a quitté son royaume, erré dans le yoga, puis atteint l'illumination par un beau jour, assis sous l'arbre Bodhi à Bodhgaya. C'est toujours pour la même raison que j'ai déclaré avoir atteint le nirvana et que j'entrerai bientôt en parinirvana. Ceci pour susciter en chacun d'entre-vous l'hardiesse de vous libérer et d'entreprendre le chemin vers l'Autre-Rive. De même, après mon parinirvana, vous me pleurerez, et ainsi ferez diligence sur la Voie. En vérité, je ne disparais pas et demeure ici et maintenant, présent et visible en toutes manières pour qui désire me voir. En vérité, le temps depuis lequel j'ai réalisé le samyak sambhodi, le grand éveil insurpassable, est fort long, et aucun humain, ni même les dieux, ne saurait le décompter. Et le temps pendant lequel je demeurerai ainsi est plus long encore.

Celles et ceux qui ont réalisé que les entités sont vides, dépourvues de caractères, et libérées de toute origine, peuvent comprendre que par cette annonce, je fais de chacun mon égal, un bouddha entièrement et parfaitement éveillé en cet instant."

Les cyniques et suspicieux avaient déjà quitté la foule. Aussi la multitude qui avait foi en Bagawan se trouva-t-elle en liesse, joyeuse en cette révélation et n'ayant pas œuvré en vain. Les devas, également exaltés, firent pleuvoir sur le Tahatagata et l'assistance de magnifiques fleurs de mandarava et de mahamandarava. Puis, Bagawan voulut développer cet enseignement au moyen d'exemples et de paraboles. Il le fit en prose, puis à nouveau en vers. Le temps de ces développements fut long mais sembla pour chacun à peine un instant.

Soudain, la Terre se mit à trembler de six manières différentes, et de son sein surgit un immense stupa qui s'éleva dans les airs et se tint ainsi suspendu à la vue de tous. L'élévation du stupa produit un bruit formidable, il était orné de magnifiques joyaux de pierres précieuses au nombre de sept sortes, sur le devant se trouvaient deux immenses portes semblables aux portes d'une ville. Au milieu du silence et de la stupéfaction, on entendit une voix suave et profonde émanant du stupa et tenir ce propos :

"Bien, bien, fort bien, c'est ainsi. Tout ce qu'a dit le Sage des Sakyas est vrai ! Et c'est pour le bien des êtres qu'il s'est exprimé de la sorte."

Les disciples interrogèrent le Bouddha sur la raison et les modalités d'un tel prodige. Il dit :

"Dans ce stupa se trouve le corps momifié d'un autre bouddha nommé Prabhutaratna, "Maint Joyaux". Cet être est éveillé depuis un temps presque aussi long que moi. Parcourant la Voie, il fit le vœu que son stupa apparaisse aux yeux de tous chaque fois qu'un Tahatagata enseignera cette révélation sur la durée de la Vie du Bouddha. C'est pourquoi le voici maintenant dans son stupa fermé en suspension dans l'espace."

Alors, l'assistance demanda à voir le corps momifié du Tahatagata Prabhutaratna. Bagawan accéda à cette requête et de sa dextre ouvrit les portes du stupa qui grincèrent dans un grand bruit comme les portes d'une ville qu'on ouvre après un long temps. Et tous virent le corps rayonnant de Prabhutaratna qui s'exprima ainsi :

"Fort bien. Veuille le Tahatagata Shakyamuni me rejoindre sur mon siège que je souhaite partager avec lui !"

C'est alors que le Bouddha s'élança dans l'espace et vint s'asseoir à la droite de Prabhutaratna. Au même moment, toute la foule se senti elle aussi soulevée dans l'espace. Chacun se prosterna, chanta ou dansa d'exaltation et d'adoration à la vue des deux bouddhas ainsi réunis devant eux. A nouveau, les devas firent pleuvoir des fleurs de mandarava et des fleurs de mahamandarava. On vit l'espace s'éclairer d'une grande lumière qui mit au jour d'innombrables autres univers et les terres pures d'un grand nombre de bouddhas. Le temps sembla infini à chacun bien qu'il fut court.

Plus tard, certains s'exprimèrent ainsi :

"Bagawan, comment dans le futur pourrions-nous relater de tels prodiges, si inspirants et si fondamentaux ? Personne ne nous croira et l'on se moquera de nous. Peut-être même serons-nous attaqués..."

Le Bouddha dit :

"N'ayez crainte mes amis. Vous n'aurez rien de plus a faire que d'avoir foi en cette révélation et continuer votre pratique calmement. D'autres s'en chargeront. J'ai moi-même instruit de grands êtres par le passé. Ces grands êtres, Mahasattvas seront..."

A suivre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.