Jour 109


J'ai fait des photos du nouveau look de Navjeet pour les poster ici. Mais ça ressemble à un film d'horreur. Alors, désolé mais non ! 😉

Ces derniers temps, j'ai repris à travailler un peu et ai planifié pour octobre une réunion virtuelle avec la dernière promo des futurs Medecin'Gong Players qui s'entraînent depuis leur formation et passeront l'examen en mai 2022. Je suis en train de boucler également la formation (complète) qui se déroulera en novembre sur une semaine. Je suis parfaitement conscient que c'est de la folie et que je serai peut-être "au bout du rouleau" car ce sera l'avant dernière semaine de chimio. Mais Élodie sera présente pour m'assister. Alors, on y croit ! Je maintiens aussi les Bains de Gong qui ont lieu une fois par mois, mais là j'ai vraiment besoin d'assistance pour porter et installer le gong, recevoir les participants, etc. Merci à Vanessa qui fait cela très bien. Je suis heureux que Justine me remplace temporairement pour les cours de yoga. Quant à l'Adi Yoga, je ne ferai pas cette année les "Cinq Jours" comme les saisons précédentes. Et j'espère qu'une fois en capacité, les retraites reprendront, au moins celle de printemps et/ou celle d'été. Et je compte sur vous, bien entendu. Les temps actuels sont propices pour celles et ceux qui veulent se libérer du samsâra. Carrément !

Lors des dernières formations et retraites (Gong et Adi Yoga) qui se déroulèrent début 2021, au moment où mon corps disait "stop", il y eu des rencontres, des partages, des événements absolument extraordinaires, pas seulement pour moi mais aussi et surtout pour les participant.es. Personnellement, j'ai vécu ces moments dans une pure lumière, exalté, libéré et terriblement joyeux, recevant continument les bénédictions de mes gurus et yidams. Certain.es d'entre-vous ont atteint une grande illumination, d'autres ont mit fin définitivement à un fond de souffrance karmique durant depuis des décennies, et peut-être même plusieurs incarnations. Celles et ceux qui étaient présent.es (et qui suivent ce journal) doivent bien s'en souvenir et ont sûrement une grande reconnaissance envers ce parfait Univers. Ces magnifiques aventures m'ont également conforté et rassuré quant à mon rôle temporaire de "passeur de Lumière", et moi aussi j'en suis reconnaissant.

Ce que je n'avais pas compris à ce moment-là, c'est que cela marquait également la fin d'un cycle. Il s'agissait d'une sorte d'apothéose collective sur le Sentier, dirais-je. Évidemment, j'ignore de quoi est ou sera fait le nouveau cycle, son orientation, sa texture. J'ignore même si ça va me plaire. Je me pose des questions car je me demande parfois si je dois décider et dessiner le futur, ou bien descendre au fond de mon être pour découvrir les briques de ce nouveau cycle, ou encore attendre que cela se fasse de soi-même. Et puis cela reste aussi en relation avec la guérison biologique.

Ce dont je suis pratiquement sûr est que l'attentisme ne favorise ni le changement ni la guérison parce que dans ce cas on reste dans une situation faussement confortable par laquelle on ne lâche pas le passé tout en refusant le futur. Je vous ai déjà dit que le chemin qui me semble juste est celui où on se plaît en toute simplicité à vivre pleinement. Mais je ne voudrais pas que ça soit mal compris. "Vivre pleinement" n'a rien à voir avec l'attentisme que je viens d'évoquer et consiste plutôt à jouir du mieux possible de chaque opportunité offerte par ce grand Univers. En fin de compte, "vivre pleinement" pourrait constituer un véritable projet de vie par lequel le passé serait abandonné et le futur reçu avec amitié. Alors, bien que j'ai coupé mes "antennes cosmiques chéries" qui de toute façon partaient à l'aventure au gré du vent, j'essaie de garder mes "antennes intérieures" bien dressées sur tout ce qui est et arrive. Par moment, je frémis en ressentant que c'est déjà extraordinaire...

Anne et Sylvain ont pris l'initiative de vous demander un peu d'assistance financière (vu que je n'ai plus de revenu alors qu'il faut au contraire dépenser plus pour des traitements alternatifs non remboursés et très coûteux, vous savez, ces traitements qui soignent vraiment !) Bien sûr, ils m'en ont parlé avant d'agir. Et j'ai mis une bonne semaine avant de parvenir à laisser partir mon orgueil et à trouver assez d'humilité pour accepter d'être aidé. Ce ne fut pas facile parce que, quand-même, je dois reconnaître que j'en tiens une couche ! Je tiens ici à vous remercier du fond du cœur pour vos dons. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point cela me touche. Merci ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *