La pratique de Vajrasattva

Sadhana de Vajrasattva

– Éliminer les obstacles intérieurs et extérieurs mais pas que… –

 

Quand une activité est tournée vers un développement personnel ou vers la spiritualité en général, il arrive bien souvent qu’on rencontre des difficultés et que son déroulement soit mis à mal. La pratique de Vajrasattva est un soutien puissant et maintes fois éprouvé par de nombreux sages, maîtres et pratiquant au cours de l’Histoire.

Le Karma est un cercle vicieux dont il est difficile de sortir. Et le Dharma est le cercle vertueux dont il est hélas très facile de s’échapper ! Le propre du karma est de nous priver des moyens de nous en libérer tout en nous incitant à le consolider. C’est pour cette raison que nous avons besoin d’un Dharma qui nous permet de trancher dans les processus de réification de la confusion en souffrances et obstacles.

Le Bouddhadharma recèle de nombreux moyens habiles (upaya). Ils sont éprouvés et efficaces. L’objectif n’est pas d’atteindre le bonheur, de devenir saint… mais tout d’abord de se dégager du cercle vicieux des souffrances et des répétitions négatives, puis d’instaurer une spirale positive sur tous les plans. Le bonheur en est une simple conséquence. Et pas la seule ! La méditation de Vajrasattva est basée sur l’enseignement du Bouddha.

Tous les phénomènes tels que les obstacles (intérieurs ou extérieurs) proviennent d’une cause, comme la fleur vient de la graine. Quand nos « fleurs du mal » se sont épanouies, nous n’avons d’autre choix que d’assumer les situations pénibles qui en découlent. Mais nous pouvons aussi agir avant que ces graines ne germent, avant que de telles causes ne mûrissent! C’est une chose souhaitable si nous désirons avancer sereinement sur notre chemin de vie. Cela est le propos de base de la méditation de Vajrasattva. Non seulement permet-elle de faire face aux obstacles, mais aussi d’en éliminer les causes avant qu’ils ne surgissent.

Vajrasattva du sens profond

Ce qui a été dit reste pour autant une explication superficielle, une « approche extérieure » qui suppose que nous ayons quelque chose à atteindre, une transformation à opérer. Si nous n’avions pas cette croyance des jours meilleurs, nous serions probablement des êtres totalement passifs, déprimés et suicidaires. Ou bien, dans le meilleur des cas,  nous envisagerions toute situation sur fonds d’habitudes et de coutumes conduisant vers des expériences médiocres du monde.

Qui est Vajrasattva ? Une représentation symbolique de notre propre esprit dans sa nature immaculée, vivante, claire et pure. Chaque détail de cette représentation signifie quelque chose et induit une expérience profonde, et cela avant toute posture de l’esprit.

Chacun sait combien il est difficile de méditer. Souvent, lorsque nous atteignons un état de méditation, nous ne savons pas quoi y faire (ou ne pas faire), ni comment nous y tenir, et cette seule hésitation tend déjà à détruire l’état méditatif. Si jamais nous « atteignons » le samâdhi, il disparaît au moindre mouvement de l’esprit. Et même si nous avions bien progressé, l’état clair et détendu traversé dans notre méditation disparaît dès que nous reprenons le cours de la vie ordinaire. La raison en est que l’esprit, plus dur que du béton et plus vif qu’un singe fou, reste conditionné par de mauvaises habitudes. Elles sont difficiles à perdre. Il y a peu de chance de sortir vainqueur sur le chemin, et nous finissons bien souvent par emprunter des chemins de traverse qui nous maintiendrons dans l’illusion et/ou nous apporterons des souffrances supplémentaires. L’entraînement est certes indispensable. Mais plus encore la compréhension, au moins intellectuelle, du fonctionnement de l’esprit. Nous avons besoin d’un aperçu de l’état éveillé pour avancer avec succès dans cette aventure. La pratique de Vajrasatva peut permettre cet aperçu. Et la méditation devient aisée et lumineuse.

Nous devons comprendre et sentir intensément que l’esprit est soumis à toutes sortes d’empêchements et à des conditionnements. Il est nécessaire de s’en débarrasser. Mais selon le Véhicule du Diamant (Vajrayana), la manière tantrique de procéder n’est pas d’entamer un combat ou de se conduire de façon héroïque. Autrement dit, l’héroïsme spirituel, s’il en est, devrait reposer sur la reconnaissance de l’invincibilité de la base de notre conscience primordiale et sur le fait d’y demeurer, simplement : l’État Naturel dont l’expérience est la Claire-Lumière. Il n’y a rien à transformer ou obtenir, au contraire il s’agit de permettre « le grand nettoyage de printemps de l’esprit ordinaire » ! Vajrasattva représente et concentre dans son activité ce printemps pur et lumineux.

C’est ainsi qu’est souvent présentée la sadhâna de Vajrasattva. Cela devrait nous inviter à une approche plus radicale et « plus yoguique ». Cette manière est le point culminant des retraites proposées. Elle se construit sur la réalité éveillée du yogi, lui-même guidé par une irrésistible confiance primordiale, sa propre intelligence émergente et sa bonté naturelle.

Base de l’activité éveillée

Nos problèmes trouvent donc leur origine dans l’esprit, mais comme exprimé plus tôt, cet esprit est primordialement pur, parfait, sans l’ombre de tous ces problèmes faisant obstacles. Il est simplement auto-connaissant. Le long mantra de Vajrasattva permet d’agir à partir des « Trois Portes » que sont le corps, la parole et l’esprit. Presque sans effort, le pratiquant se sent en relation avec « Ce-Qui-Est », goûte à la « texture » de toute chose, et demeure dans la concentration contemplative de son propre esprit. La sadhâna de Vajrasattva est une merveilleuse introduction à la méditation car le mental le plus récalcitrant ne saura résister à son pouvoir, et il abdiquera en faveur de la simple présence de l’esprit qui est clarté, intelligence et félicité.

Il n’est pas même question de considérer les émotions conflictuelles comme des problèmes. Car chaque émotion possède également l’énergie créatrice de l’esprit libéré. Il en est de même pour les pensées, les objets, les situations. En demeurant dans le flot pur du mantra, toute chose révèle sa nature lumineuse et joyeuse. C’est ce que signifie par métaphore le mot « Vajra« , un diamant, indestructible, transparent. Un diamant est solide à l’instar de l’intangibilité de la vérité objective et laisse en même temps passer la lumière. La vie, le Réel, quoique dur et incontournable, est elle aussi traversée de la clarté de l’esprit. Les illusions elles-mêmes sont les reflets chatoyants et créatifs de cette clarté.

La retraite

Une retraite a pour but de prendre du recul et de s’adonner à une activité qu’on ressent comme nécessaire en vue d’un mieux-être. Par définition, une retraite est spirituelle. Et dans l’absolu, nous devrions commencer notre retraite dès que nous prenons conscience que quelque chose ne tourne pas rond dans ce monde et/ou dans notre existence. Vers l’âge de cinq ans, à peu près ? C’est rarement le cas et si les gens avaient pris cette habitude, ils seraient probablement des éveillés dans la vivacité de leurs seize ans et le monde s’en porterait bien mieux. Peut-être qu’il n’y aurait pas de guerres sur notre planète et aujourd’hui des ressources naturelles permettant à tous les humains de vivre normalement. Heureusement, il n’est jamais trop tard. (article récent à lire…)

En vous investissant dans une retraite, durant laquelle l’entraînement est un peu plus intensif qu’au quotidien, physiquement et spirituellement, vous avancez à grands pas et pouvez dépasser de nombreux empêchements à votre bonheur. De plus, l’énergie du groupe décuple les effets de votre pratique. Chacun emprunte le chemin là où il se trouve et va là où il veut pour se trouver…

Durant la retraite de Vajrasattva, il y a du yoga pour purifier et assouplir les nadi, des explications afin que le sens ordinaire, extraordinaire et secret de la pratique soit compris, des satsang, un entraînement à Tummo (Chandali Yoga), et bien sûr de longues périodes du chant mantrique de Vajrasattva.

Liens utiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *