Je suis au tapis

Je suis au tapis… cette nuit !

Vajrasana les mains au sol – vajrasana buste droit – promenade à dos de chameau en vajrasana – le corbeau – le pont – la chaise – le triangle – l’arbre magique – chat dos rond – vache – cobra – la planche – mahamudra avec agni pran puis tribandha – encore de l’autre côté – siddhasana – et on recommence encore et encore – ouf !

Après tout cela, le jour ne veut toujours pas venir. J’en déduis donc que je n’ai aucun pouvoir sur le jour et la nuit. C’est clair. Façon de parler…

Méditation de la Claire-Lumière et enfin le mantra de mon Yidam. La suprême récompense, la cerise sur un bon gros gâteau yogique bien calorique !!!

Dans l’obscurité tout est lumineux. Dans le silence les syllabes claquent comme des balles quantiques traversant l’univers. Je sais que la vitesse de propagation du son sacré est supérieur à celle de la lumière, supérieur à la force gravitationnelle. Désolé Albert. La Noble Libératrice réorganise toute ma matière psychique, expanse les flux subtils. On dirait une vague d’amour efficient qui pénètre tout, pas de ces trucs gnangnans dont les bisounours nous rebattent les oreilles, mais l’onde d’un pouvoir impérieux qui soutient, sauve et élève.

Le prana fait de savoureuses glissades dans la cheminée magique et c’est parfois difficile de contenir les bonds et tressautements. Contenir, c’est à cause du plancher de l’étage qui n’est pas très solide (oui c’est au sens propre). Je suis emporté par le rythme et ne sais plus où aller dans cette lumière car il est clair (encore ?) que tout est là et qu’il suffit de se laisser guider pour aller… là !

Enfin s’allonger dans les bras d’Akasha, la plus merveilleuse des maîtresses ! (Oh, pardon ma chérie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *