Unisson

Encore une nuit où je ne dors pas tant tonitrue la voix mélodieuse du Yidam. L’érotisme divin qui enchante l’esprit et la parole et le corps est semblable au frémissement de l’Univers qui chante à milliard-sons l’unisson.

Comme une Dakini assoiffée de sagesse elle me conduit dans les Terres Pures

Comme ma mère elle me berce de ses mots lumineux et doux

Comme l’épouse au corps frais elle apaise ma fièvre

Comme une sœur elle me tape dans le dos

Comme une courtisane elle me Rambo

Comme une fille elle fait ma fierté

Comme une reine elle brille

Eau pleine de la Lune

De l’Une

!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *