Prendre Refuge

Dans ce monde de l’extrême dualité nous voyons que la lutte entre le profane et le sacré jamais ne cesse. C’est une mode impitoyable et qui traverse pourtant les siècles.

Prendre Refuge c’est prendre la fuite. Comme un voleur qui vient de s’emparer de sa propre bonté et de son désintérêt pour les diables et dieux.

Prendre Refuge fait de vous des émigrés sans patrie -des voyageurs infatigables qu’aucune frontière ne peut stopper.

Voilà qui semble éreintant. Ça l’est ! La liberté est fatigante pour tous ces aspects névrosés de soi qui demandent à mourir.

Le Dharma n’est ni sacré ni profane ni entre les deux. Ce n’est pas un chemin car tout ce qui le borde en fait partie. Tout ce qui en fait partie le borde aussi. L’extrême dualité s’y invite parfois telle une pomme pourrie tombant d’un arbre qui n’existe pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *