Lettre à un ami

(…) En fait, jouer dans la dualité ou bien chercher à s’en extraire reste du dualisme. Une totale libération, un esprit totalement libéré ne sait même pas ce que dualité veut dire. Cela devient hors-propos et il n’y a pas moyen d’intellectualiser la question.

A partir de cet état noétique chaque être accomplit sa destinée et joue son rôle dans la grande symphonie cosmique. Et les autres jugent sempiternellement, les plus malins croyant évacuer tout dualisme, l’acte lui-même d’évacuation étant dualiste ! La Lumière de la Sagesse immanente imprègne tout, et tous ces discours merveilleux (sur la dualité et son contraire) me fatiguent. Les choses sont si simples pourtant.

Pourquoi celles et ceux qui se disent sages ont-ils sans-cesse la sagesse et la bonne pensée à la bouche ? N’y a-t-il a rien ici qui ne puisse se suffire à soi-même ? Pourquoi ne comprennent-ils pas que dire d’une merveille qu’elle est merveilleuse est une insulte et un acte irrationnel ? Les pourfendeurs de la dualité sont des terroristes, et de même les adorateurs de l’Un.

Car Cela-Qui-Est est Cela-Qui-Est, et je ferme ma gueule, incapable de dire mieux que Cela. C’est pourquoi je préfère rester près des gueux que nous sommes, simplement, mettant ma viande en sacrifice, et sous les taillades des pourritures du dehors comme celles du dedans, histoire de célébrer toute création comme frémissement de Cela-Qui-Est.

Mon ami, quand je serai une star du marché spirituel, mets-moi un coup de fusil ! 😉

La Bise 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *