Les larmes des femmes

Parfois l’amour humain se trouve confronté au refus ou au mépris. Quelle souffrance de se sentir rejetée ! N’est-ce pas un sentiment atroce ?

Pourtant ce monde est parfait. L’amour humain n’est pas extérieur à l’amour inconditionnel qu’on dit « divin ». Tout ce qui existe est parfait. Tout est le Grand-Œuvre. La souffrance ne vient pas du Cosmos. Alors où se trouve celle ou celui qui a inventé le désamour ? Où est donc celle ou celui qui a créé cette souffrance-ci et cette douleur-là ? Il n’y a personne de ce genre. Pas de créateur de telles ombres. Seule la confusion mentale et sa non-reconnaissance de notre état ordinaire semblable à une hallucination sans fin et collective.

L’amour humain est une parcelle de l’amour divin. Mais ce n’est pas un sous produit – une méprisable bagatelle – une corruption… La lumière de la Lune est-elle moins lumière que la lumière du Soleil qui l’éclaire ? Non bien sûr.

Je veux juste te dire que dans l’amour humain – qu’il soit satisfait ou non de conséquences désirées demeure vibrante et disponible l’étincelle de l’amour divin. Il n’y a nulle différence nulle séparation.

Cherche et regarde cette étincelle. Elle est dans ton cœur. Mais aussi en toute chose comme en toute pensée. Cherche et regarde. Regarde et célèbre. Célèbre et remercie. Remercie et sois !

« Dieu compte les larmes des femmes » dit la Torah. Tes larmes sont comptées comme perles d’amour. Aucune femme ne pleure en vain car ces perles d’amour te rapprochent déjà de ton Dieu en attendant de réaliser que tu ES Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *