Jour 64

J'ai maintenant la finalisation de tous les diagnostics. Il s'agit d'un cancer étendu de stade 3C sur une échelle de 1 à 4. Ce n'est pas opérable. On me propose une chimiothérapie sur trois mois, puis ensuite une immunothérapie sur un an. J'ai demandé un délai de réflexion, puis dans la journée ai pris la décision de suivre ce traitement. Évidemment, avec le pass nazitaire à venir (ça n'est pas fait), je serai obligé de me vacciner, à défaut présenter un test PCR négatif chaque semaine. Voilà où nous en sommes pour avoir laissé ce psychopathe à la tête du pays !

Je n'y crois pas, bien sûr. C'est totalement hors-la-loi pour un hôpital de refuser l'accès aux soins, cela s'apparente à de la"non assistance à personne en danger".

J'ai partagé cette info sur Face de Book et reçu plein de messages de soutien. Je sais que je n'aurais pas dû mais c'était aussi pour signifier la fin de mon combat pour la Liberté. Plusieurs commentaires m'ont enjoint de me concentrer sur Navjeet et sa guérison, et pour une fois laisser les autres gérer. Je les en remercie du fond du cœur. D'autres m'ont rappelé qu'on se demande toujours de quoi meurent un grand nombre de cancéreux : de la chimio ou de la maladie ? C'est toujours ce que j'ai pensé également. Mais j'ai quand-même pris cette décision, conscient que les médicaments sont des tueurs très violents et sans grand discernement (entre le sain et le malsain). Et j'ai aussi demandé à mon Yidam qui m'a répondu que cela n'avait aucune importance, que je pouvais la faire ou pas, et que dans le cas de mon choix, la seule chose qui compte est de maintenir un bon esprit en ayant totalement confiance dans le traitement. Je suis heureux d'avoir fait ce choix, même si ça fout un peu les pétoches car je sais que je risque de souffrir beaucoup, ce qui s'ajoute à déjà sept mois de souffrances ininterrompues.

Je pense que j'ai la vitalité nécessaire en termes de ressources (bien cachées pour le moment) de supporter ce traitement. Et mentalement aussi. Cela fera le gros du travail et ensuite on verra. Grâce à vos pensées, à un de mes maîtres qui me fait chaque jour un soin à distance, à ma chérie qui en fait aussi, et encore bien d'autres câlineries du genre, je vais tenir et remporter la victoire.

Navjeet veut dire "renaissance victorieuse", il est temps de porter véritablement ce nom. C'est un mantra. C'est pour ça que j'ai besoin de plein de groupies qui scandent "Navjeet ! Navjeet ! Navjeet..." (Je plaisante).

Cette décision est raccord avec le sentiment que je vous partageais précédemment que je pourrais guérir en ne faisant rien. Je pense toujours ainsi, à ceci près qu'il est nécessaire aujourd'hui de mettre un gros coup de pied dans la fourmilière pour décanter un peu. Je me souviens de Namkaï Norbu Rimpotché, un grand Tulku, qui était tombé gravement malade et est resté des mois, mourant, sur son lit d'hôpital. Puis un déclic s'est produit mais il ne savait pas quoi faire. Il y avait une piscine et il a entrepris de marcher lentement chaque jour dans l'eau, et il a guéri. C'est tout !

Bouddha a enseigné que tous les maux, quels qu'ils soient viennent de l'esprit. Alors, inversement, tous les maux peuvent être guéris par l'esprit. Personne, quasiment, ne croit cela. Les plus téméraires disent qu'une pensée positive est un facteur déterminant dans le processus de guérison, et blablabla... Ce n'est pas ce qu'Il a dit. Je répète : "tous les maux viennent de l'esprit" ! C'est radical comme affirmation. Cela sous-entend que personne ne guérit personne et qu'aucun médicament ne guérit qui que ce soit. Les traitements, les médicaments, les soigneurs, sont des prétextes, des portes d'entrée ou des passerelles vers la santé fondamentale que nous possédons tous et que nous méprisons souvent par des comportements et des pensées malsaines. La guérison est donc comme un nuage qui se dissipe et non un changement de notre nature, elle est et reste à jamais pure, libre et joyeuse.

Mais parfois, même avec un esprit pur, le karma fait surface. Tu ne comprends alors pas ce qu'il se passe. Tu penses à une malédiction, ou bien si tu comprends la loi du karma, tu te sens coupable d'actes anciens négatifs. C'est stupide. Tout le mal que tu as fait par la passé et dont tu reçois les rétributions, ce n'est pas toi qui l'a produit, mais l'être précédent. Il n'y a pas lieu de se sentir coupable, mais seulement d'assumer. Pas le choix de toute façon ! Quand on se repend des actes négatifs du passé (je dis cela en particulier pour mes ami-es qui pratiquent Vajrasattva) on regrette les méfaits accomplis par des êtres du passé qui ont engendré l'incarnation présente, c'est tout. Pas de place pour la culpabilité... Le karma n'est pas la validation d'un soi, d'un ego, d'une entité éternelle qui serait "moi", mais seulement une loi régissant des champs informationnels et interactifs s'inscrivant dans le temps. De la même manière, nous ne devrions pas accomplir des bonnes choses pour notre vie future, mais pour l'être du futur. Quand je pense à ma vie future, je pense toujours à quelqu'un d'autre que je ne connaîtrai jamais mais à qui je tente d'envoyer maintenant de la sagesse et de la compassion. N'est-ce pas merveilleux de se débarrasser ainsi de la croyance au soi, de cesser de s'identifier à "ses" pensées, paroles et actions ? N'est-ce pas là le chemin de la grande liberté ?

One comment

  1. Malika A.

    Cher Navjeet,

    C’est avec émotion que j’apprends que ce cancer n’est pas opérable et je suis très heureuse que tu aies pris la décision de suivre le traitement.
    Je suis convaincue également que tu as « la vitalité nécessaire en termes de ressources » pour le supporter et te vois déjà renaître plus fort, tel un phœnix !

    Je prie pour que tu guérisses vite et cette prière m’accompagne dans mon cœur au quotidien.
    Eh oui, je fais partie de celles et ceux qui n’en ont pas fini de suivre tes pas ! ^^
    Je le confirme, tu es aimé pour la personne que tu es : ta générosité dans tes enseignements, ta sensibilité, ton empathie, ta patience… mais surtout pour ton humour que j’apprécie beaucoup !

    Merci infiniment pour tout, notamment pour ce journal que tu tiens et qui nous maintient ce lien précieux, de cœur à cœurs <3

    Malika, une de tes élèves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *