Jour 5

Ce soir, je vois bien que cela va recommencer. Mais c'est tout de même agréable de "s'en foutre". Il y a cette force de renaissance dans mon ventre, et en même temps cette force d'abandon total dans mon cœur. Oui, ce sont deux forces, et qui semblent complémentaires. Je pense au Guerrier Spirituel, ce personnage insaisissable que tous nous pouvons être, à la fois vulnérable et sans territoire, à la fois tendre et inflexible, à la fois accueillant et conquérant.

J'ai installé près du lit mon "nounours de guérison" (c'est une peluche trop chou que j'utilise parfois pour effectuer des soins à distance sur des personnes). Il a ordre de veiller sur moi, pas moins !

Cette fois, pas de dissociation ou sortie de corps. Pour être plus précis, je devrais dire que je ne suis pas conscient à ces moments-là mais en revanche au retour. Dans un espace indéterminé, il y a une sorte de connexion qui m'évoque un peu l'ambiance que suscite l'arrimage d'une capsule spatiale à une station orbitale. Je vis ce moment très délicat où l'esprit se reconnecte au corps via l'insertion d'une sorte de carte noire à neuf trous dans un logement. Cette carte est un outil de connexion, elle ne symbolise ni le corps ni la conscience. C'est une sorte "d'interface intelligent". Tout l'événement est entouré de lumière et quelque chose dit : "arrimage terminé".

Le plus curieux est qu'à un autre moment la scène se répète, mais cette fois avec un fonctionnement en sens contraire ! C'est bien la même scène d'arrimage à ceci près que la voix dit : "séparation effectuée". Et je ne vis pas la situation comme une séparation mais comme un élargissement de conscience. J'ai l'impression que la conscience peut investir le corps et lui donner sa propre dimension, fait par lequel il n'y a en réalité pas de corps. Je ressens à ce moment-là que la séparation porte justement sur l’idée même d'un corps. Et cela me réjouit. C'est un instant très chaleureux, un peu comme quand on fait l'amour. Voilà, c'est tout.

Réveillé beaucoup plus tard (6h), je pratique des mantras avant le kriya. Vu l'état de ma voix, heureusement qu'il n'y a pas d'enfants dans les parages...

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *