Ecole de Adi Yoga - Nantes et Ile de France
 
Jour 396-400

Jour 396-400

Hier, seconde injection de chimio. Je suis très fatigué. D'autant qu'avec la fin des corticoïdes, les symptômes reprennent de plus belle. Aujourd'hui, j'ai vu mon "naturopathe/guérisseur/étiopathe" de choc. Il a encore modifié mon traitement pour s'adapter à la situation. Ça revient cher tout ça ! Mais je suis bien obligé car la médecine conventionnelle est à mille lieux de la prise en compte holistique de l'humain. En 2022, ça semble incroyable. Ce sont plutôt des dealers de médocs avec quelques parcelles de science autour. Les concernant, je ne peux trancher entre l'impuissance et l'inconscience.

***

Quand tu commences à considérer toutes les activités ordinaires, que cela pose problème ou soit divertissant, comme des exercices sur le Sentier, le Dharma finit par être pratiqué dans son entièreté. La vie ordinaire fait partie de la voie, au même titre que les expériences lumineuses et les extases mystiques. Le vrai Dharma n'a pas d'autre justification. Il concerne la totalité de l'être. Sinon, il s'agit d'une drogue douce propulsant l'individu en-dehors de son incarnation. Dans ce cas, ce n'était pas la peine de t'incarner ! 😉

Quand, grâce à la méditation ou le yoga, le corps disparaît complètement, une expérience de Claire-Lumière peut prendre place. C'est une excellente chose. Elle sera déterminante pour l'orientation du chemin et sa facilitation. Mais le corps revient, et avec lui toutes les entités du monde phénoménal. Que peut-on en faire alors, hormis le rejeter et rejeter tout ce qui constitue le samsara ? Rien de mieux pour devenir dépressif ou bien fanatique au sein d'une fausse spiritualité. L'enseignement du Bouddha porte sur la totalité et il est dit au niveau tantrique que le corps et les autres phénomènes sont des manifestations de la Claire-Lumière. Si l'on rejette ces manifestations, qui sont aisées à expérimenter, comme expérimentera-t-on leur lointaine source lumineuse et la vacuité inhérente à toutes choses ? C'est pourquoi nous considérons le corps comme un temple sacré et toute chose, êtres, événements, objets (...) comme l'espace de la Lila, le lieu sacré du Jeu Magique.

Le Jeu Magique est le samsara vu par les bouddhas et les bodhisattvas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.