Ecole de Adi Yoga - Nantes et Ile de France
 
Jour 303

Jour 303

En soi, ou plutôt en elles-mêmes, les choses de la vie ordinaire ne me donnent plus satisfaction. Entretenir la maison, faire à manger, aller au resto, bavarder sans cesse, penser à ceci ou cela, le dire ou le taire... toutes ces choses que tout le monde fait pourtant ne m'apportent pas satisfaction.

Je préfère m'en tenir à l'espace ineffable de la Claire-Lumière comme un aigle perché sur la montagne du Vide contemplant à l'infini la proie qui n'existe pas et les fourmillements illusoires des choses vaines s'agitant dans la vallée du samsâra. Ici, les pensées qui surgissent ne disent rien de significatif et se délitent, sans orientation, sans consistance. Les sons et paroles vibrent d'eux-mêmes sans autre message qu'une joie muette de contentement. Les actions s'épuisent tranquillement, produisant des vagues semblables à celles de cailloux jetés dans le lac. Seule persiste la Claire-Lumière inondant ce monde illusoire que nul, pourtant, ne connaîtrait sans elle. La nature vide de chaque chose étant aperçue, il n'y a plus de désir, plus de colère, plus de jeu de cache-cache.

Mais en même temps, et m'en tenant à cela, cette puissante radiance éclaire ces mêmes choses et met en lumière leur nature vide parfaitement identique à cette conscience de base. Cela, au point que le surgissement de tout ce qui est semble co-émergent à la conscience primordiale, la Claire-Lumière. Alors, ces choses si vaines et futiles, impermanentes et porteuses de l'insatisfaction propre au samsâra, paraissent tels d'inestimables joyaux témoignant du Réel. Elle sont les rayons quinticolores de la pure lumière traversant le prisme du Vajra vainqueur. C'est ce qu'on désigne par la Sagesse de Sarvakarajnata (dans le sûtra du Lotus) et que représente le Bouddha Prabhutâratna dont le nom signifie "Maint-Joyaux" ou "Innumérables-Trésors", sa sagesse transcendante (Prajna) ayant réalisé la vérité de l'unité co-émergente du Vide et des Apparences. N'est-ce pas merveilleux ?

Oui, vu sous cet angle, et à condition que l'aigle ne quitte pas sa montagne, chaque chose est un trésor, un joyaux, un témoin de la vraie nature. Quel accablement, quelle lassitude pourrait bien s'emparer de moi ?

Au début, c'est bien de poser ses fesses sur le coussin, mais à terme, chaque instant, chaque souffle, chaque pensée devrait surgir de la tenue de l'esprit en sa source bienveillante et radieuse de la Claire-Lumière. Cela prend 24 heures par jour et il n'y a pas de week-end. C'est inutile d'ailleurs, car ce sont les vacances tout le temps !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.