Jour 2

C'est un grand bonheur de n'avoir plus de désirs, de peur, d'aversion, d'hypocrisie ! Une sorte de virginité de l'âme... Malgré les souffrances et le processus en marche, c'est aussi ce que je vis. Et c'est justement une des raisons pour lesquelles je pense que je suis en train de mourir. Car, une fois que tous les éléments se sont résorbés les uns dans les autres, il n' a plus de fonds pour les désirs, peurs, etc. Cela s'arrête d'un coup. D'ailleurs, je me dis maintenant que les gens ne devraient pas perdre leur temps à essayer de maîtriser ou d'éradiquer ces émotions, car elles disparaîtront de toute façon à un moment donné. Lutter toute sa vie pour supprimer les désirs : quelle connerie !

J'ai demandé à ma Mère de me donner une série de Yoga pour m'en sortir. Ce qu'Elle a fait. Et c'est ce que je pratique la nuit, vers 3 ou 4 heures du matin où je me réveille spontanément "grâce" à des quintes de toux violentes. Parfois, c'est 5 heures, mais c'est différent. Lorsque la pratique peut commencer vers 3 heures, c'est vraiment extraordinaire car, en plus du Yoga, je reçois des enseignements très profonds, hélas trop profonds pour être en capacité de les mettre en mots censés.

Bref, elle m'a donné ce kriya et je le pratique avec des résultats étonnants. A la fin de la série, la toux sèche se transforme et je peux évacuer beaucoup de mucus et respirer un peu. Je l'ai enseigne une fois lors d'un atelier, car il n'est pas seulement pour les poumons mais aussi pour aider à lutter dans le désespoir et la tristesse. Aujourd'hui, nous sommes tellement nombreux à avoir besoin de ce genre d'aide. Ma Mère me l'a dit : "Ce n'est pas que pour toi, p'tit con !"

Bref, pour l'instant, ça va moins bien qu'hier. Il faut que je m'accroche et fasse honneur à mon nom...

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *