Jour 17

Ne pas être ce corps malade, ne rien lui imposer, l'aimer comme on aimerait une mystérieuse princesse étrangère, franchement mon amie, c'est extraordinaire de liberté, de légèreté et de joie !

Bien que je sois toujours malade et déclinant, moins je suis cette chose-là, plus la conscience s'élargit et parfois au-delà de l’imaginable.

C'est impardonnable et je t'emmerde !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *