En finir avec la dualité

Par les temps qui courent il est difficile de supporter les injonctions et interdictions gouvernementales d’un côté et les discours lénifiants de sages invitant à la retenue et à la compassion. Moi-même je n’ose plus parler de « lumière » tant je trouve ce mot galvaudé par les tenants de la Bisounoursie pour lesquels le repli sur la lumière intérieure se présente comme une action de sagesse éveillée et solidaire.

Je n’ai évidemment pas de réponse et pense d’ailleurs que c’est à chacun de trouver la posture juste face à la dictature en marche et face a son impact émotionnel. « Ne pas prendre part », « rester neutre », « éviter de répondre au côté obscur »… peut être parfois un masque plaqué sur sa propre lâcheté. Et à l’inverse se tenir dans la sur-réaction ou la rébellion n’est pas forcément une preuve de courage et d’intelligence.

Au-delà de cette dualité se trouve une attitude juste que nul ne saurait définir pour en établir des contours définitifs. Bien qu’elle soit par définition toujours momentanée c’est cela que chacun devrait rechercher. Je crois que l’attitude juste est la seule chose pour laquelle on devrait être prêt mettre sa vie en péril.

Alors il est inutile de juger – de comparer – de séparer – de se monter les uns contre les autres. Chaque être humain devrait s’incliner devant l’Autre et le célébrer comme son maître et sentir le frémissement de « l’humanitude » qui les lie – même dans la séparation. Alors seulement la Lumière (merde, je l’ai dit !) jaillira d’elle-même. Et les actions justes et le bonheur retrouvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *