Kriya de la Petite Dakini

Voici quelques précisions sur cette série. Seules celles qui étaient présentes à l’atelier du 28 septembre y comprendront quelque chose, mais ces détails sont importants pour le succès de la pratique. Et pardon pour les autres !

Le Kriya de la Petite Dakini est un enseignement de ma Mère. Je suis responsable de sa bonne et juste transmission.

Exercice 1 – un cycle complet (1/4/2) dans ce pranayama dure au minimum 7 secondes pour une débutante et peut être progressivement augmenté jusqu’à une minute. Au-delà, c’est inutile. Avertissement : s’il survient une sensation d’étouffement, réduisez sensiblement la longueur. Si vous êtes prises de tremblements, maux de têtes et/ou vertiges, cessez immédiatement l’exercice et reposez-vous (vous ferez mieux la prochaine fois).

Exercice 2 – Je ne l’ai pas dit en stage, au huitième niveau de beej-mantra (om hrih…) il n’y a aucun bandha, seulement shambavi mudra, et ça se passe dans la partie extra-corporelle du chakra coronal. Enfin le son « m » du dernier om doit descendre jusqu’à un ton en dessous du premier. Puis on recommence. Il est possible d’inventer une mélodie autre que celle que vous avez enregistré. Et on est pas obligé d’imiter le son d’une mobylette en panne d’essence !

Exercice 3 – le tapotage à la fin de l’exercice n’est pas prévu. Je l’ai proposé pendant l’atelier car il y avait des débutantes parmi vous. Comprendre que vous pouvez l’effectuer tant que vous vous sentez un peu hésitantes, mais après il faut vraiment éviter.

Exercice 4 – Pour les mêmes raisons, le son « om » a été placé dans les graves. Mais dès que possible il doit être haut, à la même hauteur que celui du dernier niveau de la série de l’exercice 2 et faire vibrer les os du crâne. A la fin, il est impératif de dissoudre tout travail de visualisation.

Exercice 5 – C’est la méditation de l’État Naturel propre à l’Adiyoga. Le grand Tilopa dit :

Ne réfléchis pas
Ne conçois pas
Ne pense pas
Ne médite pas
N’analyse Pas
Demeure dans l’état naturel

Une prochaine fois, nous détaillerons chaque stance de cette déclaration. Pour chacune d’elles des mondes entiers seraient à décrire et qui n’égaleront pourtant jamais l’expérience intime ! 😉

Exercice 6 – Nous avons chanté le Om Shanti en guise de dédicace au lieu du mantra chanté plus tard, mais c’était juste pour raccourcir la session pour que vous puissiez avoir une pause…

Conclusion – Dison-le clairement : le mp3 que vous avez enregistré pour les beej-mantra est épouvantable ! 😉 Certaines ont chanté comme dans un kirtan (question-réponse) comme fait précédemment alors que nous progresser directement dans les étages. Promis, aurez bientôt un enregistrement…

Les exercices pourraient être effectués séparément. Il en ressortiraient quelques bénéfices dans ce cas, mais rarement celui de l’objet final. L’ensemble prend environ 35-40 minutes, plus les pratiques préparatoires qui sont également importantes. Le tout, dans la mesure d’une véritable entrée dans l’aventure peut aussi constituer le socle d’une sadhâna complète de 2 à 3 heures. Les pratiques préparatoires n’ont pas toutes été étudiées faute de temps. Une prochaine fois… Quoiqu’il en soit, toutes ne sont pas indispensables (ouf?) Cela dépend de chacune.

L’Adiyoga ne fonctionne pas sans une pratique quotidienne et régulière. Et c’est évidemment le cas pour toute forme de yoga. Vous pouvez également expérimenter grâce à cette série qu’il n’est pas nécessaire de connaître toutes les postures, toutes les respirations, etc. à moins de vouloir devenir une experte en yoga ou éventuellement professeur (requérant une compétence respectable), ce qui ne garantit nullement la grande libération promise par ces pratiques. Chaque être a besoin d’une posture, d’une respiration, d’une méditation pour évoluer : celles qui conviennent personnellement ici et maintenant. Cela peut changer au fil du temps, peut-être deux ou trois fois au cours d’une existence, mais guère beaucoup plus. Si vous compromettez votre besoin intime dans l’activisme des usines à postures en vogue actuellement, vous ne réaliserez pas grand-chose.

Au prochain stage nous reviendrons plus en pratiques détaillées sur les bandha, certaines respirations, sons et la posture de Vairocana dans sa parfaite exécution. Entre autres ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *