Aryâ Târa pour sauver les vies

Il y a quelques temps, le Dalaï Lama, relayé également par mon Guru et d’autres, a demandé aux personnes de bonne volonté de « pratiquer Târa », pour elles-mêmes et pour tous les êtres. Je me sens le devoir de m’exprimer là-dessus, au moins pour les amies et les amis qui sont en connexion avec moi.

Toutes les personnes qui pratiquent l’Arya Târa, la Noble Libératrice, avec confiance et dévotion n’ont rien à craindre du Coronavirus. A condition bien sûr de respecter les gestes minimums recommandés par tous les spécialistes : la distanciation sociale et/ou le confinement, se laver les mains, porter un masque. Târa libère de toutes les afflictions, des épidémies, des peurs, des situations matérielles et psychologiques les plus graves. Les personnes qui ont pratiqué Târa par le passé et celles qui le font aujourd’hui peuvent en témoigner.

C’est pour cela que je vous recommande de pratiquer le mantra de Târa, le plus souvent possible, et quotidiennement. C’est le pouvoir du mantra. Mais il faut avoir confiance. Ce que vous pensez n’a pas d’importance. Vous pouvez croire que c’est magique, que c’est de la superstition, ou au contraire que le mantra agit de façon très scientifique sur le cerveau et le système nerveux. Vraiment, on s’en fout totalement et il n’y aurait aucun intérêt à débattre d’un tel sujet. Ce serait un perte de temps, et du temps nous n’en avons pas en ce moment.  Ayez seulement confiance dans le pouvoir du mantra. Soyez comme de petits enfants pour qui son père ou sa mère détient tous les pouvoirs, même de changer l’Univers ou de faire apparaître n’importe quelle chose dans l’espace. Sans confiance, il agit peut-être à 10% de son efficacité. Avec cette confiance de l’enfant, vous avez fait 50% du travail. Pour le reste, c’est votre comportement qui doit être en adéquation avec le but. Ne soyez pas arrogantes en pensant que, puisque vous pratiquez le mantra, vous ne craignez plus rien et pouvez faire n’importe quoi. Ce serait irrationnel et aussi stupide que de se trancher la tête tout seul !

Avec l’attitude juste, le mantra de Târa fonctionne à 100%. Et vous n’avez absolument rien à craindre. Et en raison de l’absence de peur, votre système immunitaire est renforcé, directement. Ça vaut toutes les plantes et les huiles essentielles dont vous vous gavez peut-être en ce moment ! C’est précisément parce que tout danger est écarté qu’il devient inutile de vous inquiéter exclusivement de votre propre survie. C’est pourquoi je vous recommande de pratiquer le mantra pour les autres, pour les défunts, celles et ceux qui sont malades, parfois entre la vie et la mort, pour celles et ceux qui vont bientôt tomber malades, en raison du pic de l’épidémie et/ou de la seconde vague qui va arriver à nouveau, et aussi pour toutes les personnes qui se dévouent pour sauver des vies, souvent au péril de la leur. En procédant ainsi, le pouvoir du mantra est encore augmenté et atteint les 1000% ! N’oubliez pas que de toute façon vous êtes incluses dans « tous les êtres ».

Ne cherchez pas à être « positives », cela ne sert à rien à part alimenter la dualité. Faites le job, c’est tout. Faites le job parce que c’est normal, parce que vous vous conformez à la loi universelle de l’interdépendance de tous les êtres et choses à laquelle vous ne pouvez pas vous soustraire, même si vous faites semblant d’exister séparément.

Et puis, il y a les fous qui nous gouvernent, les GAFA, les groupes financiers et économiques qui maintiennent et organisent la misère, la maladie et la guerre sur la planète, tout cela avec notre  notre consentement des plus lâche. Faites le mantra pour eux également car ils sont aussi dans le filet de l’interdépendance. Le pouvoir du mantra en sera encore augmenté, jusqu’à 10.000% !

Bien sûr, ces chiffres ne sont pas scientifiques mais j’espère qu’ils vous donneront un ordre d’idée.

Qui est Târa ?

Enfin, je voudrais vous parler de Târa en quelques mots. Culturellement, elle semble appartenir au panthéon bouddhiste du Tibet. Mais en réalité elle appartient à l’Humanité. Je dis bien « appartient » dans ce sens qu’elle s’est offerte de longue date à l’Humanité (pas seulement les terriens) pour aider chacun a surmonter toutes les peurs, y compris celle de la mort et toutes les formes d’adversité. Son vœu originel est de toujours se manifester dans le féminin. Ce n’est pas seulement pour démontrer aux hommes que les femmes peuvent faire au moins aussi bien qu’eux. Ça, c’est la légende pour clouer le bec aux machos. C’est plutôt parce qu’elle est le féminin à elle toute seule, l’énergie créatrice, Prakriti, et que rien ne peut résister à cette énergie. En fait, ce qui pourrait résister à cette énergie est cette énergie aussi ! Aussi Târa est-elle un nom qu’on donne à l’énergie créatrice qui reconstruit constamment l’Univers dans la justesse. Elles est « Celle qui sauve ». En vous accordant à cela, tout est toujours juste et libéré, ce qui est en fait notre nature primordiale. Cela signifie donc que Târa n’a pas de culture et qu’elle est au-delà des opinions, des croyances, des religions…

Actuellement des centaines de milliers d’êtres supplémentaires font le mantra de Târa. Il faut comprendre que son existence dans le monde sans-forme dépend des êtres qui accomplissent son mantra, et son pouvoir également. En d’autres termes : « pas de mantra, pas de Târa ! » Grâce à cette situation, son pouvoir est encore plus inimaginable que d’habitude. Elle est comme une fontaine de grâce jaillissant en tous points de l’espace. Les êtres éveillés comme elle n’ont pas d’existence terrestre quoiqu’ils puissent en assumer une ou plusieurs selon les circonstances. C’est difficile à comprendre pour un occidental qui reste constamment identifié à son corps. Avoir un corps est intéressant et nécessaire dans un premier temps pour faire l’expérience physique et jouissive de l’éveil. Autrement, c’est plutôt une source d’emmerdements, n’est-ce pas ? En tous cas, ne pas avoir d’existence physique ne signifie pas le néant. En pratiquant Târa, vous pouvez comprendre et ressentir cela, je veux dire réaliser qui vous êtes au-delà des manifestations grossières. Et vous êtes merveilleuses. Et vous avez le pouvoir de sauver les êtres par l’amour spontané, y compris vous-mêmes.

En ce moment, tout le monde s’active pour lutter contre le virus, et beaucoup s’inquiètent du « déconfinement » probable. Allons-nous repartir de plus belle dans notre course folle ou bien tenter de vivre autrement en tirant quelque enseignement de la situation actuelle ? Je vous passe les détails qui sont déjà tellement relayés par différents médias. C’est la question la plus importante, même si elle n’est pas encore d’actualité. Si rien ne change, avant trois ans de nouvelles catastrophes surviendront qui cette fois n’épargneront pas nos enfants. Et de toute façon 2120 n’existera pas.

Comment pratiquer ?

Installez-vous confortablement avec le dos droit et récitez de façon rythmée :

OM TARE TOUTARE TOURE SWAHA

Vous pouvez le chanter un peu au début, puis entrez dans le rythme, sans précipitation. Ne prenez pas exemple sur les tibétains qui ont parfois tendance à « mettre le paquet » pour gagner du temps. Appliquez-vous plutôt au rythme, la prononciation et la clarté du son. Si vous êtes un plus douée, vous pouvez imaginer Târa comme un être de lumière ou un hologramme au-dessus de votre tête, souriante et émettant des rayons quinticolores dans toutes les directions, ces rayons allant sauver, réconforter, soigner les êtres. Vous pouvez vous inspirer des représentations proposées ici. Cette visualisation doit être connectée à votre cœur (au chakra cardiaque) et vous devez ressentir une relation entre votre cœur et Târa au-dessus de la tête. C’est bien elle qui envoie les rayons mais la source est dans votre cœur. Ainsi vous ne tomberez pas ni dans l’affairisme ni dans le sentimentalisme. « Elle fera le job » comme j’aime souvent le dire. Et en même temps, bien que votre cœur la nourrisse fonctionnellement, vous serez nourries de l’amour inconditionnel au même titre que tout ce qui l’entoure et réaliserez de surcroît votre vraie nature.

Ayez confiance. C’est le plus important. Et gardez un esprit absolument inclusif. Exclure un seul être, c’est exclure tout l’Univers. C’est meurtrier et complètement con ! Vous pouvez utiliser un mala, une perle par mantra. Un tour fait 108 récitations. C’est le minimum et c’est facile. Plus, c’est à nouveau 108 et ainsi de suite. A la fin, laissez la visualisation se dissoudre comme s’il s’agissait d’un « nectar liquide de lumière » dans tout votre corps. Soyez en gratitude.

Lorsque vous commencez à être emportées par le mantra, prises par le rythme, la ferveur, la beauté du son… il se peut que la récitation deviennent chuchotée, puis seulement mentale. Ne luttez pas contre ce processus, il est naturel. Suivez-le et restez connectées au mantra, surtout lorsqu’il est mental. Il se peut aussi que vous disparaissiez avec le son, qu’il ne soit plus qu’une vibration, un frémissement extatique. C’est très bien également. Laissez le mantra vous guider. Ne faites pas d’effort. Pour terminer, répétez le mantra à haute voix une ou deux fois et faites la dissolution.

Si vous avez tendance à la distraction, vous pouvez poser devant les yeux une représentation de Târa que vous éclairez avec une petite bougie (cliquez sur l’image pour téléchargement en grand format). Plongez votre regard dans le sien, soutenez son regard et surmontez les différentes impressions que peut induire cette méthode. Ne pensez pas que Târa soit un être imaginaire, mais ne pensez pas non plus qu’elle existe sur le même mode que vous : débarrassez-vous de ce genre de dualité et restez ignorantes, attentives, à l’écoute. S’il y a de la tension, fermez les yeux quelques instants, ou bien regardez les pieds de Târa. Si vous devenez morne ou incertaine, levez le regard au ciel quelques secondes. Et dans tous les cas, reprenez et tenez ! Considérez-là comme votre propre mère, dotée de tous les pouvoirs détenus par un parent aux yeux de son enfant.

Enfin, laissez des commentaires et/ou des questions en bas de cette page. Je répondrai toujours. Merci beaucoup pour votre attention.

Humblement,

Navjeet

14 Comments

    1. Yogi Navjeet

      Bonjour Elodie,
      Voici deux mp3 en « dépannage ». Le premier est une version chantée sympa, intéressant pour commencer. Dans le second, ce sont des moines qui récitent. C’est plutôt de cette façon qu’il faudrait le faire. Cependant c’est beaucoup trop rapide pour un débutant. La vitesse vient avec l’aisance qui vient de la concentration qui vient de la motivation… 😉

      A noter que les tibétains prononcent « soha ». C’est une déformation du sanskrit « swaha » où on devrait émettre un son entre le « v » et le « w ». Enfin, c’est une absurdité de vouloir « faire joli » quand on récite un mantra. Cela flatte l’ego alors que le mantra commence à fonctionner quand l’égo part en vacances ! Néanmoins, si « faire joli » est basé sur un désir d’offrande, alors, ça va. C’est à toi d’inventer une mélodie avec ton coeur, puis d’entrer dans le rythme et tenir la cadence.
      Chanté
      Récité

      Si vous êtes nombreuses à vous intéresser, je ferais un tuto approfondi sur la pratique du mantra de Târa.

  1. attia tuloup

    je me demandais hier soir quel mantra était le plus approprié pour ce temps ! je me réveille ce matin et je lis ton message ! quelle belle synchronicité !
    merci pour ce partage navjeet, je m’y attèle dès aujourd’hui
    bises et au plaisir de se croiser un jour de synchronicité !!!!!

          1. Sandra Meixner

            Merci Navjeet pour cette recommendation dont je partage ton avis. Etant pratiquante bouddhiste, je pratique depuis le début du confinement le mantra de Tara tous les jours et le dimanche matin, je fais la sadhana compléte.Le mercredi 8 avril, j’ai participé en partie à la journée de Tara Verte = 5 sessions de récitations de 7h-23h.Je continue aussi ma pratique de kundalini et d’hatha yoga tous les jours, en plus de mes cours en ligne que je donne et prends. Bon confinement, Sandra

      1. Christelle

        Merci Navjeet pour ce partage. Je me l’etais réservé pour ma fin de matinée , après avoir mis en place mon cours de kundalini que je préparais pour demain avec recherche de musique sur YT… et là apparaît un titre « om tare… ». Un signe !!! Si cela m’a permis de me faire une idée notamment la prononciation (dans la version il est en effet chanté soha), je me suis lancée mais avec mon propre rythme… Partie pour 108 fois, j’ ai finalement été emportée …et avais presque de la difficulté à m’arreter Une belle rencontre que celle avec Tara ☺️

        1. Yogi Navjeet

          Bonjour Christelle. C’est chouette. Oui, une belle rencontre. Târa ne lâche jamais les êtres qui ne la lâchent pas… Structurellement c’est normal, spirituellement c’est merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *